divendres, 22 d’agost de 2014

Lorsque je me souviens...




Lorsque je me souviens où peut être un jour on avait reçu le don du ciel, c’est longtemps que la vie, elle est parcourrait un chemin tracé, même que l’on acceptait, mais peut être aussi il aurait fallu se distraire aux moments sur la route, une petite fleur, une hirondelle, des petits mots de bon jour, en regardant le soleil, là en haut nous surveillant, ces nuages blancs en dansant par le ciel, et aussi quelques instants pour nous ; tout sa l’on découvre quand on est déjà âgé, et il nous faut inventorier, et l’on voit que la vie, notre vie, c’est qui vaut l’argent ce sont ces petites choses que l’on paraissait avoir oubliés mais non elles restent là, chez nos cœurs, maison de l’âme. 

© Albert Balada
02-05-2014